Sur la route du tour de France, laissez aller votre gourmandise...

Le Tour de France, ce n’est pas que des cyclistes qui sollicitent leurs mollets et mouillent leurs maillots. C’est aussi des paysages à couper le souffle et des spécialités gourmandes à goûter absolument. On vous en a sélectionné deux ou trois par grandes régions !

Belgique : des moules-frites aux gaufres bruxelloises

Si vous passez par Bruxelles, vous aurez forcément envie de manger (avec les doigts) des moules-frites suivies d’une gaufre bruxelloise. Rectangulaire, dotée de vingt petits trous que l’on remplit de crème chantilly, de confiture, de chocolat ou de caramel fondu… et toujours aérienne, elle a un goût qu’on ne trouve nul par ailleurs. Réalisée avec de la farine de blé, de la levure, du sucre vanillé, du lait, de l’eau et de la matière grasse, la gaufre bruxelloise serait née au XVIe siècle et se dégustait les jours de fête. Aujourd’hui, tous les prétextes et les lieux sont bons : au petit déjeuner, en dessert, au goûter, dans la rue, au restaurant, à la maison..

À l’heure du café et du thé, vous céderez à la tentation du spéculoos, ce petit biscuit sec et épicé, le plus souvent à la cannelle, mais parfois agrémenté de cardamome, gingembre, noix de muscade, clou de girofle.

Grand Est : Andouillette, croquignole et mirabelle

Dans la région du Grand Est, qui réunit la Champagne-Ardenne, la Lorraine et l’Alsace, les spécialités salées comme sucrées sont légion, sans parler des vins bien sûr.

Impossible de ne pas déguster une andouillette de Troyes AAAAA. Cinq A derrière lesquels se « cache » l’Association Amicale des Amateurs d’Andouillette Authentique fondée vers 1960 par cinq amis, chroniqueurs gastronomes et amateurs de charcuterie. Les andouillettes qui portent le sigle des 5 A ont donc été jugées exceptionnelles. Alors, fiez-vous les yeux fermés aux 5 A.

Du côté de Reims, on aime aussi les petits gâteaux qu’on croque en buvant une coupe de champagne. Légers et croquants, les biscuits roses et les croquignoles de Reims se trempent dans le verre sans se désagréger.  

Plus à l’Est, en Alsace, en passant par Colmar ou Mulhouse, on ne fait pas l’impasse sur la célèbre flammekueche, tarte alsacienne cuite à la flamme, d’où son nom. Grand rectangle de pâte à pain, très fine et garnie d’oignons émincés et rissolés, de la crème fraîche et des petits lardons !

Sans oublier les bretzels, la choucroute, la quiche lorraine, le pâté lorrain, les mirabelles, le kougelhof, la glace Plombières, la brioche tressée d’Alsace ou la tarte au fromage blanc. Il va vous falloir un peu de temps pour tout goûter !

Bourgogne-franche-comté : escargots, cancoillotte et compagnie

Encore une région qui regorge de trésors gastronomiques ! Ici, impossible de passer à côté des escargots, du poulet de Bresse aux morilles, des œufs en meurette, de la saucisse de Morteau, de la cancoillotte, du comté, du morbier… Les spécialités sont tellement nombreuses qu’on ne peut les citer toutes. Laissez-vous guider par le hasard et par vos envies pour découvrir ces délices régionaux !

Occitanie : priorité au canard

Là-bas, le canard sous toutes ses formes est roi. En foie gras, en confit et en magret. D’ailleurs, saviez-vous que le magret de canard grillé n’a pas toujours existé ? Qu’il a été inventé au XXe siècle par un célèbre chef ? André Daguin, chef étoilé à Auch, s’est mis en tête de tester de nouvelles façons de cuire ce morceau maigre qui, au cœur du confit de canard, devenait sec et sans intérêt. En 1959, il décide donc de le servir grillé et saignant et, malgré le scepticisme de son entourage, finit par séduire le palais de ses clients. Aujourd’hui, le magret de canard fait partie de la liste des plats préférés des Français !

On est aussi au pays de la garbure, une potée à base de chou, pommes de terre, carotte, navet, poireau et oignon et de confit de canard, du haricot tarbais apprécié pour la finesse de sa peau, et du gâteau à la broche cuit au feu de bois.

Provence-Alpes-Côte d'Azur : ça sent l’ail bien sûr !

Quand on approche du Sud, l’ail, les herbes de Provence, l’huile d’olive s’invitent dans les recettes : aïoli, tapenade, pistou, anchoïade, salade niçoise, ratatouille, tian (plat de légumes coupés en rondelles et cuits au four), fougasse, bouillabaisse et sa rouille…  Tous les produits, les plats et les vins de cette régions regorgent de soleil et de couleurs chaleureuses.

Du côté des douceurs sucrées, on se régale de fruits confits, de calissons (confiseries à base d’amandes et de melon, posées sur une feuille de pain azyme et nappées de glaçage), de navettes (biscuits secs à l’anis ou à la fleur d’oranger), de panisses (petites crêpes épaisses à base de farine de pois chiche) et du nougat de Montélimar.

Auvergne-Rhône-Alpes : du fromage, mais pas que...

On ne va pas vous parler des plats d’hiver qui tiennent au corps et régalent les skieurs, ce n’est pas trop la saison. Mais une omelette savoyarde est un plat unique à servir avec une salade verte qui sera la bienvenue après une journée d’été au grand air. Elle est composée d’œufs, de beaufort, d’emmental ou de reblochon, de crème fraîche et de jambon cru de montagne ou de lardons. Elle peut être enrichie de pommes de terre et de poireaux. Sa spécificité ? La cuisson débute dans la poêle et finit dans le four.

Les amateurs de fromages seront comblés avec l’emmental, la tomme de Savoie, le beaufort ou le reblochon. Tandis que les amateurs de douceurs croqueront dans une part moelleuse de gâteau de Savoie recouverte de confiture de myrtilles.

Ile de Frande : la crème des desserts

De tout temps, les pâtissiers parisiens nous gâtent avec leurs inventions sucrées. Il y a, notamment, l’Opéra et son intense chocolat, le flan parisien délicieusement régressif, la tarte Bourdaloue aux poires pochées noyées dans une crème frangipane vanillée.

Mais nous nous attarderons sur le Paris-Brest et le Saint-Honoré. Le Paris-Brest est un gâteau en forme de roue de vélo inventé par Louis Durand, pâtissier à Maisons-Laffitte, alors que la course cycliste entre Paris et Brest passait dans sa ville. Il est fait de pâte à choux et d’une crème pralinée à tomber par terre. Si vous aimez le vélo, vous l’aimerez…

 

Le Saint-Honoré est un grand gâteau créé vers 1850 par le pâtissier Chiboust, installé rue Saint-Honoré à Paris. C’est aussi le nom du saint patron des boulangers et des pâtissiers. Il est composé d’un socle de pâte feuilletée garni de crème Chiboust et de petits choux glacés au caramel.

Avec toutes les spécialités de nos régions, pas difficile de se laisser inspirer et de satisfaire nos papilles !

Casino ça vient d'ici

La marque Casino Ça Vient d’Ici met à l’honneur les spécialités de chaque terroir pour vous permettre de (re)découvrir le bon goût de notre patrimoine culinaire. Les produits sont élaborés dans leur région d’origine ou à partir d’ingrédients locaux, inspirés de recettes traditionnelles. Plus de 130 produits sont disponibles !