Nouvelles tendances et vins VEGAN

Rosé en été, blanc à l’apéritif ou rouge pendant le repas ? Chacun ses habitudes tant que l’art du vin ne se perd pas… et les nouveautés ne manquent pas pour enrichir la dégustation ! À l’approche de la foire aux vins, votre Supermarché Casino fait le point sur les tendances à suivre de près.

La vague des vins bio, vegan… et autres !

À l’heure de l’alimentation saine et des engagements environnementaux, la pression s’accroit sur les producteurs de tous bords. Une tendance de fond qui vaut tout autant pour le monde viticole, les consommateurs préférant boire moins, mais mieux ! Résultat ? Le succès non démenti des vins bio, biodynamiques, naturels ou vegan. Tous s’inscrivent dans une démarche environnementale, mais les cahiers des charges diffèrent.

  • Le vin biologique n’ajoute aucun traitement synthétique, n’utilise pas de pesticides et contrôle les intrants (produits ajoutés) lors de la vinification.
  • Le vin biodynamique intègre en surplus une culture raisonnée de la terre à l’aide de méthodes naturelles.
  • Le vin naturel, lui, n’autorise aucun ajout.
  • Quant aux vins vegan, ils ne sont pas nécessairement bio, biodynamiques ou naturels, mais n’utilisent aucun ingrédient d’origine animale.

Quant au débat sur leurs qualités, il ne vous reste qu’à déguster pour trancher !

Focus tendance : qu’est-ce-qu’un vin vegan ?

Toute la démarche vegan s’inscrit dans l’absence d’ingrédients d’origine animale ou d’exploitation animale, répondant aux attentes de consommateurs végétariens, végétaliens, souffrant d’allergies alimentaires ou simplement préoccupés. 

Elle consiste notamment à modifier l’étape de clarification, destinée à éliminer les particules et résidus en suspension dans le vin. Sans la clarification, le vin serait trouble : vignerons et viticulteurs fabriquent donc une sorte de colle qui retient ces particules. Or cette colle peut contenir du blanc d’œuf, des protéines de poisson ou de la caséine, une protéine trouvée dans le lait.

Si la gélatine ou l’albumine, à base de sang animal, sont interdites par le cahier des charges bio, le blanc d’œuf et la caséine, eux, sont autorisés. Un vin vegan supprime donc cette colle, à moins de la remplacer par une alternative végétale à base de protéines de pois, de blé ou de pommes de terre.

Des vins toujours plus frais

Juste derrière la demande en vins responsables arrive la demande en vins frais, légers et fruités. Bonne nouvelle, nombre de vins naturels, bio ou vegan y répondent ! Le principe ? Du plaisir, de la gourmandise et des arômes nouveaux, pour des vins consommés presque autant durant les repas qu’en-dehors, au verre ou en bouteille, voire intégrés dans des cocktails.

Les vins pétillants, du mousseux au Prosecco, font partie des favoris, tout comme l’incontournable rosé, la star de l’été. Plusieurs d’entre eux se trouvent même désormais enrichis d’arômes de pamplemousse, framboise ou autres fruits sucrés pour plus d’originalité !

Le vin gourmand au cœur du repas

En parlant de gourmandise, la popularité des bars à vin et autres bistrots proposant des nectars à prix raisonnables ne semble pas faiblir. La boisson favorite des français reprend depuis peu sa place de choix dans la gastronomie, véritable alliée de la cuisine plutôt que simple faire-valoir : la recette sublime le vin, le vin sublime la recette. Les gourmets redécouvrent les accords mets et vin, trop longtemps réservés aux initiés. Puisque mieux vaut un vin bien choisi que trois mal accordés, un verre pour chaque plat qu’une seule bouteille sur tout le repas !

Focus tendance : les vins sans sulfites… ajoutés

Gare à la méprise, un vin sans sulfites n’existe pas, ces composés soufrés étant naturellement produits lors de la fermentation. Les vins moelleux ou liquoreux, eux, en contiennent plus que les autres.

Les dosages sont minimes, mais réels, d’où l’indication « contient des sulfites » présente sur la majorité des bouteilles de vin… même sans sulfites ajoutés. Puisque certains producteurs peuvent aussi ajouter des sulfites à ceux produits naturellement, ces composés jouant le rôle de conservateurs.

L’ennui ? Les sulfites sont accusés de provoquer maux de tête, migraines ou même réactions allergiques chez les personnes sensibles, notamment asthmatiques. Pour répondre à la recherche de naturel actuelle, vous trouverez donc des vins « sans sulfites ajoutés ». Sachez que les vins naturels sont ceux qui contiennent le moins de sulfites, suivis des vins biodynamiques, puis bio. Du côté des vins vegan, tout dépend de la méthode de viticulture et des procédés de vinification !

Vous aimerez aussi