L’art de déguster un bon whisky

La dégustation d’un bon whisky mérite un petit cérémonial qui vous permettra de profiter pleinement, et avec modération, de cette eau-de-vie d’exception. Voici, étape par étape, comment procéder.

Étape n°1 : choisir le bon verre

On ne boit pas un whisky dans n’importe quel verre ! Les dégustateurs recommandent un verre à col resserré, en forme de tulipe, qui permet de mieux apprécier la palette aromatique du whisky.

Le classique verre droit à fond épais et large diamètre (le « tumbler ») est donc peu prisé des amateurs et fans de whisky qui lui préfèrent même un simple verre à vin. Le tumbler est à réserver aux long drink et whiskys allongés de soda.

Étape n°2 : se poser les bonnes questions

  1. Faut-il le servir avec des glaçons ? NON. C’est ferme et définitif : pas de glaçons dans le whisky ! Ils ont pour effet d’anesthésier vos papilles gustatives. Un whisky doit donc se boire à température ambiante.
  2. Faut-il ajouter de l’eau ? OUI et NON. Ce n’est pas interdit à partir du moment où c’est de l’eau plate et de bonne qualité ! Pour certains, ajouter quelques gouttes d’eau plate permet au whisky de s’ouvrir et mieux révéler ses arômes. Mais tout le monde n’est pas d’accord : pour d’autres, l’eau fluidifie le nectar et modifie sa texture. Alors, optez pour la méthode que vous préférez.

Étape n°3 : regarder le whisky

Première étape de toute dégustation proprement dite : la contemplation de la robe. La couleur dépend du fût dans lequel le whisky a vieilli et du breuvage qui y a séjourné précédemment. Ainsi, un fût récent donnera une couleur plus intense qu’un vieux fût. Un fût de porto ou de sherry, par exemple, apportera des reflets rouges.

Ensuite, faites tourner le whisky dans le verre et observez les larmes (ou jambes) : c’est le liquide qui coule le long des parois du verre. Plus c’est lent, plus le degré d’alcool est élevé.

Étape n°4 : sentir le whisky

Vient ensuite l’étape de la découverte du nez du whisky, donc de sa palette aromatique qui est très étendue et complexe. Vous pourrez percevoir des parfums de céréales ou de ses dérivés (malt, seigle, maïs, bière, brioche, pain…), de fruits (banane, abricot, poire, agrumes, fruits exotiques, fruits rouges, fruits secs…), de végétaux (fleurs blanches, herbes fraîches, foin, violette, lavande, lilas, menthe…) mais aussi des notes tourbées, iodées, fumées, de bois, d’épices. Donc, fermez les yeux et prenez le temps d’humer toute la richesse olfactive qui se dégage de votre whisky.

Étape n°5 : déguster le whisky

Après tout cela, vous avez enfin le droit de poser vos lèvres sur le verre et accueillir une mini-gorgée de whisky. Là aussi, il va se passer beaucoup de choses !

Pour mieux apprécier ses saveurs et sa longueur, laissez le whisky en bouche quelques secondes en le faisant tournoyer avant de l’avaler.

Vos premières impressions (ce qu’on appelle « l’attaque en bouche ») vont vous permettre de savoir si le whisky est plutôt sec, vif et charpenté, ou plutôt gras, soyeux, onctueux et doux. Ensuite (« le milieu de bouche »), vous pourrez comparer les saveurs avec les arômes que vous avez précédemment sentis, et apprécier la finesse, la richesse, la complexité du whisky. Enfin (« la finale »), les saveurs s’éterniseront plus ou moins longtemps dans votre bouche… Et vous allez assister à un phénomène étonnant : la rétro-olfaction. Une fois le whisky avalé, les arômes remontent dans le nez par la bouche !

Faites le test de cette dégustation de whisky… mais, n’oubliez pas, toujours avec modération !

Pour découvrir notre offre de whiskys mais, aussi, de bières, rendez-vous dans votre magasin Casino lors du Salon du whisky et de la bière, du 19 au 30 novembre 2019.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. A CONSOMMER AVEC MODÉRATION.